Le Bonnet d'or




[Mot de passe perdu] - [Inscription au site]
Titulaires 2002-2003


Samedi dernier, le Bonnet d'Or (ndlr : Bd’O) a quitté la tête d'un Fred pour aller sur celle d'un ... Fredo. Celui-ci rentre en effet pour la première fois dans le cercle finalement assez fermé des porteurs du Bd’O.
Mais reprenons le contexte :
Nous sommes dans la plaine palaisienne, un certain 1er mars de l'an de grâce 2003. Nous nous apprêtions à affronter de fiers « Vieux X ». Mais nous partîmes 30 et eux 6 ! Las, il fallu donc prêter des joueurs. Lesquels pensèrent alors que les Tempêtes, pour ce grand fait de gloire, avait match gagné, et jouèrent donc crânement leur chance. Et à une minute du coup de sifflet final, Fredo, talonneur de son état, délivra un magistral coup de pied rasant dans notre en-but, qui fût facilement aplati par X-15.
MATCH NUL, les 5 points de la victoire Tempête s'envolent à cause d'un Tempête.

Pour ce fait de gloire, et à l'unanimité (ndlr : sic), le Bd’O lui est décerné.

Notons qu'il rentre dans le cercle encore plus fermé des Bd’O / Td’O (ndlr : Talent d’Or) de l'équipe adverse ...

Par Suppôbis, auto-mandaté par le TAIBO.

Dernière nouvelles du Front (22/02/2003) :
Cette semaine signera le retour de Marmulator aux commandes du Bonnet d'Or. En début de deuxième mi-temps notre Marmulator – de plus en plus motivé au fil des matches – trépignait sur le bord de la touche. Là-dessus un gros anonyme décide qu'il a suffisamment couru pour la journée, et se manifeste donc à la touche. Voilà donc que notre Nouache à nous se sent l'élu du moment, et court donc vers l'endroit de l'action. Là il met un temps à comprendre le regard curieux que lui lance l'arbitre du moment.
« Tes lunettes, Fred ! »
Pour avoir tenté de jouer avec des accessoires interdits, la Marmule reçoit donc à nouveau le trophée.

N.B. : d'autres candidats ont été écartés par le TAIBO, notamment Adrien et Foun pour la même passe 50 centimètres trop haut – le premier à Picsou, le second au premier.

Cette semaine (ndlr : le 14 décembre 2002) c'est Titi qui s'est vu remettre le Bonnet d'Or sur dénonciation de ses camarades et de l'arbitre pour le haut fait suivant :
Les Tempêtes jouaient dans les 22 du RC Duce avec la ferme intention de marquer un essai. Les multicolores prennent le ballon, percutent et tombent au sol. C'est le moment qu'a choisi notre Titi pour plonger et tenter de récupérer la balle, juste aux pieds de l'arbitre. Pénalité, les Tempêtes reculent de 10 mètres et les adversaires conservent le ballon. Ils en profitent pour attaquer, créer un regroupement et retomber au sol. Là, Titi nous ressort sa botte secrète : il plonge pour récupérer le ballon, aux pieds de l'arbitre encore une fois. Pénalité, les Tempêtes reculent de 10 mètres et les adversaires conservent le ballon. Résultat, les Tempêtes se retrouvent dans leurs 22 !
On avait tous remarqué qu'une soirée avec ses anciens potes du SCUF nous l'avait rendu hors de forme et il a compensé par une adaptation du règlement.
 Ne ratez pas : l'interview du nouveau lauréat 
Le Tribunal d’Attribution Indépendant du Bonnet d’Or (le TAIBO, donc) a reçu cette semaine la requête suivante :
«
Ce matin-là (ndlr : le matin du 7 décembre 2002), notre bon Président nous a sévèrement rappelé qu'il ne fallait pas voir en l'arbitre la cause de nos défaites. Ni même dans l'adversaire – bien que celui-ci mette tout en oeuvre pour que nous perdions.
D'après le Gros Minet nous sommes hors de forme voire trop vieux. A part Cricou qui préfère regarder Derrick avec Belle Maman et Arnaud Vaqué qui n'en finit pas d'arroser la saison des palombes (voire d’arroser les palombes tout court), nous avons eu presque honte (moi* j'ai rentré mon ventre mais ça ne s'est pas vu).
Du coup : hop, séance d'entraînement pour tous et aux Tempêtes, « entraînement » ça veut dire « faire du sport » !
Mais ce feignant de Kouby, pour éviter de courir pendant l'entraînement, préfère disputer un match. Un match c'est comme un entraînement sauf que ça n'est pas du sport, c'est moins dur. Ça laisse présager des parties difficiles. On comprend mieux pourquoi il tape des coups de pied à suivre pendant les matches, c'est pour éviter de courir – il est vrai que Kouby n’est pas franchement partisan de la « remise en jeu » de ses partenaires après coup de pied ... trop de boulot !
Je propose donc de décerner le Bonnet d’Or à Kouby cette semaine.
»
Après réflexion et analyse de la proposition, le TAIBO a statué. En vertu de l’alinéa 4 de l’article 2 du règlement, le TAIBO a décidé de ne pas suivre la recommandation sus-citée. En effet, le TAIBO estime que si la suggestion est légitime, le fait qu’elle intervienne plus de 24 heures après les faits la rend, malheureusement, inapplicable.
De plus, le titulaire actuel – membre émérite du Collectif MAELSTROM et appelé à titre de consultant externe au TAIBO – propose de conserver le trophée une semaine de plus – en dépit de sa contestation de l’attribution le concernant – dans le but double de montrer que le Collectif est toujours fier de se plier au décision du TAIBO et de redonner la transparence qu’elle mérite à l’élection du prochain titulaire.
Ainsi soit-il, Messieurs.

* NB : ne souhaitant pas trahir la confiance du dénonciateur, nous nous contenterons, pour une meilleure compréhension de sa lettre, de préciser qu’il s’agit d’un « gros » quelque peu grisonnant et dont le surnom est un hommage à un héros de dessins animés de couleur laissant douté de son état hépatique.

Dans la grande tradition de la passe aveugle, une nouvelle recrue : Pierre-Fred.
Samedi 23 novembre 2002, lors du match contre les Assoiffés, Pierre-Fred nous fait donc une nouvelle démonstration de ses talents de meneur d'hommes. Donc il jouait 9. Avec ses travers habituels, notamment celui d'oublier la position qu'on lui a attribuée pour redevenir le lanceur d'attaques dans la largeur que nous connaissons tous. Mais bien quand même. Il était là – voire influent – sur les essais. Mais dam, on ne se refait pas, sur une action bien menée – limite construite, même – il est là en relais seul avant la touche, avec à sa droite toute une ligne reformée. Des gros pour la faciale, des moins gros pour les cad'debs. A sa gauche ... la touche, on vous l'a dit, suivez. Que fait notre héros du jour ? Vous l'avez deviné : ni une ni deux, passe à « l'ailier invisible ».
Moralité Bonnet d'Or !
NB : Pierre-Fred mériterait une pénalité spéciale pour avoir laissé son trophée à la charge de la ND. Un peu de tenu, monsieur.
Dernière nouvelles du trophée des Tempêtes.
Ce samedi 26 octobre 2002 - lors de notre premier match de poule - Titi s'est défilé sous le prétexte fallacieux que des amies homosexuelles étaient incapables de déménager sans l'aide de Môssieur Muscle. Sans blagues. A sa décharge notre aimable pilier s'était tout de même occuper de négocier uns baisse de la quantité de sangria en faveur d'un bon vieux gros rouge qui tache pour la soirée mémorable du soir. Mais tout de même. Surtout qu'on a pu constater le soir même que ses négociations n'avaient que partiellement porté leurs fruits. Merci la logistique.
Bref, notre ami est le dernier titulaire du Bonnet d'Or. Bien mérité.
Samedi 19 octobre 2002, contre KPMG
Scandale cette semaine ... nos champions du Bonnet d'Or ont été dépossédés de leur trophée.
En effet ni Tototte (Champion Canal Historique), ni Marmulator (Recordman incontesté) n'a pu récupérer ou conserver le titre. Pour ceux qui s'interrogent sur la réalité de cet évènement sans précédent, retrouvez ici les confessions déchirantes de notre Tout Noir préféré, ou ici la photo du responsable de ce drame.
Plus de nouvelles la semaine prochaine.
Rassurez-vous, le magnifique trophée n'a pas disparu. Après un été sur la digne tête de notre trésorier, il a fait sa réapparition il y a quelques semaines. La toute dernière fois qu'on l'a vu il trônait fièrement sur la tête de Frédéric Bouuuhhh (comme ça se prononce) dit Marmule.
Rappelez-vous:
Nous sommes le 5 octobre 2002, lors du match contre Price. Tout a bien commencé, nos beaux Rougéjônes mènent d'une large tête à la mi-temps (1 à 0, quoi). Pendant la pause, alors que la ND tente par la flatterie de glaner l'affection de nos valeureux champions, on sent qu'un de ses plus fidèle valet est troublé par quelque chose. Nous ne saurons que plus tard ce qu'était son dilemme : tiraillé entre son envie de plaire au pouvoir en place et son besoin irréfrénable de faire mentir le MAELSTROM. En effet, ce dernier avait promis à tous, avec la clairvoyance et l'amour de ses prochains qui le caractérise, une victoire face à l'équipe de Price. Cette promesse avait été copieusement commentée par les suppôts de la ND. Deuxième mi-temps, la résolution de Marmule (à tort et à travers) est prise. Tant pis pour l'honneur, le MAELSTROM ne peut avoir raison. Engagement faiblard du dix adverse, récupération (miraculeuse) de notre héro du jour, suivi d'une passe directe à l'adversaire ...
 Lisez plutôt : l'interview accordée à la rédaction 
Le 6 avril 2002, lors d'un petit match amical contre les Deboitte en Touche, Philippe Ruault (eh oui, notre trésorier national) s'est illustré en osant être le « Talent d'Or » de l'équipe adverse.
Après le Talent, le Bonnet ... hein, Picsou.
Le 23 mars 2002, contre les Samba Blue Bells. Après avoir lui aussi suivi un stage de plaquage en compagnie de Pierre-Fred Bonnet (ce dernier ayant une plainte en cours à propos de l'état de sa manucure à la sortie du stage), Adrien tenta de mettre en pratique la technique peaufinée au cours du stage. Bien bas sur ses appuis, penché en avant au niveau du genou, guettant les pieds adverses tel le guépard dans la jongle ... il se fit crocheter comme une merde et se contenta de plaquer le courant d'air de son vis-à-vis.
Pour ceci, et accessoirement l'ensemble de son oeuvre, lui fût décerné le Bonnet d'Or.
Cérémonie de passation officielle à venir
Le samedi 2 mars 2002 face aux Blérovingiens, et après un stage de formation intensif chez les Tout-Noirs, notre cher et vaillant Christophe Divry (a.k.a. Bagatelle) exécute un geste technique de tout premier ordre : la passe dans le vide, dans l'en-but et dans les bras de l'adversaire.
Pour cette prestation unique lui fût remis le Bonnet d'Or !!
 A lire : l'interview accordée à la rédaction 
Match amical contre les Elephants Roses, le 17 février 2002, Christian lors de l'annonce et du lancer en touche en fin de match ...
Rappel des évènements :
* Lancer défensif sur notre ligne des 5 mètres
* Annonce très volontaire d'une « Salope »
* Lancer fantastique même un peu trop pour notre sauteur qui rate la balle
* La balle tombe dans notre en-but
* Personne ne réagit à part un adversaire qui vient fièrement applatir dans notre en-but
* Nos opposants du jour, quelque peu comiques, nous invitent à recommencer la combinaison dès qu'on le souhaite
Encore un titulaire méritant.
Le 15 janvier 2002 à 09:37 ... Suite à un virulent bien que classique échange de mails entre membres émérites des Tempêtes, Philippe Chavasse s'émut de recevoir toute cette prose. Voulant y mettre un terme, il confondit la liste des émetteurs/destinataires de cet échange, avec celle concernant l'anniversaire de son cousin, le Sieur Nicolas Champetier de Ribes - dit Nicloclo. Ce dernier ne figurait bien évidemment pas dans la seconde, mais bel et bien dans la première. Notre fourrier le tint donc informé avant tout le monde de la tenue de son anniversaire SURPRISE (surprise qui avait pu être tue même après les bières de la buvette). Heureusement, le sieur Champetier de Ribes - dit Nicloclo - fort notoirement étourdi, ne fit aucun lien entre les destinataires, la date, et ses 30 ans. Mais pour ce fait d'arme, Philippe a reçu l'insigne honneur d'être le premier détenteur du Bonnet d'Or.
 Pour retourner sur les lieux du crime 


 Le Bonnet d'or



Ecrire au
webmestre
Suggérer une idée
Signaler un bug