La mêlée




[Mot de passe perdu] - [Inscription au site]
Un article sur les folklo dans l'Express du 17/10/2007


Logo Retrouvez toute l’info au quotidien

 

LEXPRESS.fr du 17/10/2007

Histoire du jour

La folklo sort de l'ombre

Nicolas Gurgand

En marge de la finale, les adeptes du rugby folklo se donnent rendez-vous au Champ de Mars, à Paris, le 20 octobre, pour une mêlée géante. Une bonne occasion de découvrir ces allumés du rugby de l’ombre.

ls s’appellent les Tempêtes, les Old Blagues, les Bulles de la Guillotine, les Mercenaires ou encore les Old Hirelings, OH pour les intimes... Affranchis du rugby de club, de ses obligations, de son esprit de compétition, ils se sont quand même constitués en équipes afin de disputer plusieurs fois par an des matches entre eux. Par passion du jeu, des copains, goût de la rencontre : allez savoir. Une chose est sûre : ici, pas d’autre trophée à gagner que le panache de l’avoir emporté – ou perdu – mais avec la manière.

Marginal il y a dix ans encore, le phénomène du rugby « folklo » prend aujourd’hui de plus en plus d’ampleur, au point qu’une majorité d’équipes s'est regroupée au sein de l’AFFR : l’Association France folklo rugby. "L’association est née il y a dix ans sur un coin de comptoir, raconte son actuel président, Thierry Detwiller, pilier dans l’équipe des Tempêtes. A l’époque, nous tournions à six équipes d’amateurs, et nous nous sommes fédérés pour pouvoir négocier des assurances de groupe".

DR/Tempetes

Les Tempêtes rencontrent le XV août...
loin de la moquette du Stade de France !

C’est comme ça que naît l’AFFR, avec une règle simple : pas de championnat, pas de compétition à outrance, mais des rencontres régulières, dans un esprit convivial, au sein de groupes allant, selon les niveaux, de la « poupoule » à la « poule de luxe ». Car il est loin le temps des six équipes de départ : aujourd’hui, l’AFFR compte 76 équipes, majoritairement constituées autour de Paris et de la région parisienne. Soit un effectif oscillant entre 2500 et 3000 joueurs, qui revendiquent leur amour de la balle ovale et leur statut d’électron libre. De quoi déplaire, d'ailleurs, aux instances officielles de la FFR qui voient à regret ce vivier de joueurs s'éloigner des règles établies du rugby moderne pour cultiver à sa guise son bout de gazon et son rugby folie.

Pas sûr, pourtant, que les deux mondes soient liés. " Beaucoup de gens ne veulent pas de la contrainte des clubs, analyse Thierry Detwiller. Deux entraînements et un match par semaine, c’est un gros investissement. Par ailleurs, beaucoup de gens venus à Paris pour travailler et qui pensaient ne plus jouer, retrouvent la folklo avec plaisir . Ceux-là ne reprendraient, de toute façon, pas de licence". La décision de la FFR de faire jouer les équipes réserve à 12 a également rejeté aux portes des clubs les tenants du jeu à 15. Sans compter tous les adeptes convertis sur le tard : passé 18 ans, difficile d’être formé en club. "Un jour, on a vu arriver un gars avec une tenue toute neuve de rugbyman et un ballon tout propre, sourit Thierry Detwiller. Il n’avait jamais fait de sport. Il nous a dit qu’à 32 ans, il était temps de s’y mettre". Et il n’a, bien sûr, pas tardé à jouer, formé, sur le tas, par les anciens.

Il suffit d’un noyau dur de quelques joueurs, d’un bon esprit et de quelques amitiés ovales pour monter une équipe folklo. L’équipe des Mercenaires, par exemple, s’est bâtie sur un fonds d’anciens joueurs de Clamart, épaulé ci et là par quelques anciens de Coulommiers. Les OH s’apparentent pour leur part au Stade Français. Les Tempêtes sont le fruit d’une équipe de militaires revenus de l’opération "Tempête du désert ", les Petits Pères se sont nommés d’après le bar un temps tenu par leur fondateur, Bernard Lachèze, un ancien, lui aussi, du Stade Français. D’autres équipes, ont des origines plus corporatistes, comme le Rugby Club du Palais, l’équipe des avocats, les Reporters Sans Manière, équipe de journalistes, ou bien encore les Tontons Flankers, bâtie autour d’un effectif policier.

Fabrice Delage

Rien n'arrête les équipes folklo...

Qu'ils soient affiliés ou non à l'AFFR, tous ceux-là se connaissent bien et se croisent au fil des rencontres pour s’en aller donner des nouvelles aux autres quelques semaines plus tard. Ils ont codifié une forme de rugby d'attaque reposant sur un jeu de relance à la main, façonné des chansons "à la manière de" (Allô maman folklo) et créé un esprit particulier : adversaire sur le pré, solidaire partout ailleurs. Seul problème récurrent : l’accès aux stades étant archi réservé aux équipes de clubs, les folklos ont bien du mal à trouver des plaines de jeu. Les plus utilisées, celles, arides, du Polygône de Vincennes, de Pershing ou de Bagatelle, ont le mérite d’absorber une partie de la demande, mais laissent aux genoux et aux coudes des souvenirs cuisants. Quant aux vestiaires, eau chaude en option, bienheureux lorsqu’il y en a ! Il n’empêche : rien ni personne n’arrête deux équipes folklo décidées à en découdre. En tout bien tout honneur bien sûr : avis aux mauvais joueurs, l’AFFR a déjà exclu une équipe pour violence, tandis que deux autres sont actuellement en période probatoire.

En marge des terrains, la vie associative est tout aussi active. Exemple : après avoir publié un livre de photogaphies en noir et blanc (le Bouquinz), édité "Hier soir", une compilation de chroniques post entraînements dont le ton oscille entre Denis Lalanne et San Antonio, financé un voyage en Afrique du Sud, l’équipe des Petits Pères se prépare dès aujourd’hui à rallier l’année prochaine Madagascar. Objectif affiché : jouer le rugby des îles, s’ouvrir à d’autres cultures, faire la fête au passage, et rapporter de nouveaux souvenirs.

C’est donc tout cet esprit, d’entreprise et de passion du rugby, généralement tapi dans l’ombre, qui devrait flotter un temps sur le Champ de Mars : ce samedi 20 octobre à 10h30, plusieurs équipes se sont donné rendez-vous "pour un grand rugby familial" et une mêlée géante. Vous ne les connaissez pas ? C’est l’occasion ou jamais de les découvrir : on est prié d’apporter ses amis.

Logo

L'ACTU : Monde | France | Régions | Economie | bourse | Sport | Science |
High-tech | Photos & Vidéos | Débats & Blogs

LE MAG : Mode(s) | Saveurs | Ciné & spectacles | Voyages | Livres

ET VOUS : Emploi | Forum | Rencontres | Email gratuit | Newsletter | RSS




 La mêlée



Ecrire au
webmestre
Suggérer une idée
Signaler un bug